De ça je me console, par Lola Lafon, Babel éditions

Lorsque votre père vous envoie par mail une traduction française chantable de Bella Ciao et qu’il vous promet le texte du Chant des partisans au prochain envoi, ce père, forcément, ne ressemble pas aux autres. C’est lui aussi qui invente le jeu des De ça je me console qui doit permettre de classifier les chagrins et d’en résoudre la majeure partie.

Emylina parle beaucoup de son père et, à la fin du roman, l’accompagne jusqu’au dernier souffle. «Les parents mentent, et puis ils meurent.» Ils mentent lorsqu’ils envoient Emylina à Milan, puis à Paris, pour l’éloigner de la Roumanie de Ceausescu. A Paris, Emylina danse et rencontre une jeune Italienne venue faire ses études en France. Les deux jeunes femmes vivent une relation forte, quasi fusionnelle. Et pourtant, quand l’amie italienne disparaît, soupçonnée d’avoir assassiné le patron du restaurant dans lequel elle travaillait, Emylina se rend compte de tout ce qu’elle ne sait pas de son amie.

Etre libre, ne pas épouser le moule, ne pas croire à tout ce qui se dit ou s’écrit dans les médias nécessite une attention de tous les instants et une force de caractère hors catégorie. Ce superbe roman pose bien sûr la question de la liberté dans un monde où la pensée est formatée dès l’enfance, face à l’ultralibéralisme, la pauvreté galopante. Liberté de ne rien faire, de s’habituer à être Presque Mort ou liberté d’agir, de revendiquer, de manifester. Mais est-ce suffisant? Le roman pose aussi subtilement la question de la lutte armée.

Il s’agit également d’un roman sur l’exil et les beaux personnages de Grichka, Nadya et Ita permettent de découvrir un monde parallèle. Celui de la clandestinité et des douleurs de l’exil, douleurs masquées par la peur, mais avec élégance. C’est surtout un hommage à la grâce du père disparu: «C’est Nadia Comaneci mon père

Le roman offre par ailleurs une excellente bande son, à découvrir ici.

De ça je me console, par Lola Lafon, Babel éditions, 2017, 383 pages

De ça je me console, par Lola Lafon, éditions Flammarion, 2007.

2 thoughts on “De ça je me console, par Lola Lafon, Babel éditions

  1. Pingback: Mercy, Mary, Patty, par Lola Lafon, éditions Actes Sud – Voix de Plumes

  2. Pingback: Bande originale de De ça je me console, par Lola Lafon – Voix de Plumes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*