Crépuscule du tourment, 2: Heritage, par Léonora Miano, éditions Grasset

Léonora Miano est décidément une auteure majuscule! Avec ce deuxième volet de Crépuscule du tourment, elle reprend la narration de la violence d’Amok à l’encontre d’Ixora. Mais du point de vue masculin cette fois. Après les quatre voix de femmes du premier volume, Léonora Miano explore l’âme et les pensées de trois hommes, Amok, Regal et Schrapnel (on pourrait y inclure Continent Africain, le sage qui se dit fou). Trois hommes que tout oppose en apparence, mais que tout rassemble. Car les événements les obligent à plonger au plus profond d’eux-mêmes pour apprendre à accepter qui ils sont vraiment, pour endosser enfin l’entier de leurs responsabilités.

Après la violence qu’il a exercée sur Ixora, Amok ne peut plus juger son père, ni le rejeter. Schrapnel revient de l’au-delà pour tenter de comprendre qui il a été, mais aussi et surtout pour s’adresser à Amok, son ami-frère, et l’aider ainsi à sortir de sa fange.

Trois hommes, trois écritures, structurées en quatre parties selon un thème de jazz (en ABAA plutôt qu’en traditionnel AABA). Moodswing est le titre de la première partie. C’est aussi le titre d’un album du saxophoniste Joshua Redman. C’est l’exposition du thème, un thème où il s’agit de jouer ternaire des groupes de notes/mots binaires. Ce qu’aucun ordinateur n’est capable de faire. Les ordinateurs ne peuvent pas swinguer, Léonora Miano, elle, sait swinguer.

On peut considérer Royalty jam, la deuxième partie, comme un pont. Un pont sans ponctuation. Une expression libre (free) du thème exposé en entrée, une structure qui diffère, module en pizzicato, en scat, littéralement hip-hop par moments. Retour au thème central avec Ressurection blues, mais sur une autre rythmique, légèrement plus lente.. Et fin en apothéose avec Negro Spirit où la note bleue souligne la mélancolie rédemptrice d’Amok.

Crépuscule du tourment est un livre puissant sur la vérité des êtres, leur dualité, leur ambivalence, leurs aspirations profondes. Tout homme devrait lire ce roman pour faire le bilan de sa vie, faire le point sur sa sexualité, ses sentiments, ses attachements.

La musique joue évidemment un rôle important dans ce roman majeur et le Nightschift des Commodores peut véritablement être considéré comme l’un des personnages à part entière. Magistral!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*