Comme un enfant perdu, par Renaud Séchan, XO Editions

Premier constat, Renaud signe son livre de son nom complet, Renaud Séchan. Ce n’est pas le chanteur qui nous parle, c’est l’homme, ou plutôt l’enfant qu’il aurait tant aimé rester. Voilà qui nous amène directement au titre, Comme un enfant perdu. L’auteur aurait pu se passer du «comme». Renaud est un enfant perdu. Perdu dans un monde adulte qui foule aux pieds les idéaux de son enfance et de sa jeunesse, perdu dans un milieu où il a honte d’être célèbre et de gagner beaucoup d’argent, perdu dans un monde où les mensonges et les cachoteries découverts brisent à jamais la confiance, perdu dans un monde où, sans le vouloir, il étouffe de sa célébrité son propre père, écrivain, qu’il estime avoir privé d’un succès pourtant mérité. Les blessures de Renaud sont profondes, il les confie pourtant sans fard: cette honte de la réussite, la paranoïa développée à Moscou et qui ressurgit à Cuba pour ne plus le quitter, l’alcool pour rendre cette parano supportable. L’alcool qui l’emmène loin dans l’autodestruction et qui lui fait tutoyer la mort.

Joliment écrit, grâce notamment à l’accompagnement pas à pas de Lionel Duroy, cette autobiographie éclaire le personnage de ses propres mots et non de ceux de son frère ou d’un autre biographe. Renaud ne dit pas tout de son intimité et de sa vie (il ne dit rien par exemple de sa collection de BD), mais il livre les éléments clés qui permettent de comprendre le personnage public, de décoder les centaines d’articles (pas toujours très fiables ni très élégants) qui lui ont été consacrés ces dernières années. Pour nous permettre de comprendre ses blessures, ses doutes, Renaud affronte avec courage les accusations de collaboration portées à l’époque contre son père et contre son grand-père maternel, Oscar. Accusations dont Renaud a, encore aujourd’hui, l’impression de devoir les assumer pour ses aînés.

Peu d’anecdotes sur le show-business, pas de règlement de compte, tout au plus une mise au point factuelle à l’occasion, Comme un enfant perdu laisse espérer un nouveau chapitre plus lumineux, non pas dans la vie du chanteur qui cartonne avec son album Toujours debout et sur scène, mais pour l’homme fragile, sensible et courageux.

Comme un enfant perdu, par Renaud Séchan, XO éditions, 291 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*